26 juillet 2005

En librairie

Un lecteur me demande si je ne peux pas lui conseiller un livre qu'au moins il pourrait trouver en librairie. Vous aurez constaté en effet que, ces derniers temps, je me consacrais à des ouvrages encore à paraître. Sans en être encore aux décalages dans le temps des défilés de mode, le critique littéraire professionnel est quand même conduit, en cette saison, à précéder l'actualité. Sinon dans ses articles, au moins dans ses lectures, sous peine d'être complètement débordé le moment venu. Reste une certitude: je serai débordé quand même. En attendant, j'espère mettre en appétit, et faire entrer dans les esprits quelques titres qui, le moment venu, sur les tables des libraires, ne paraîtront pas tout à fait inconnus. Le principe de ce journal d'un lecteur n'est pas de revenir en arrière, les lectures présentes en étant la matière. Mais je veux bien faire une exception et conseiller de lire, le temps des vacances pour ceux qui en ont (non, ce n'est pas mon cas, mais quelle importance puisque je travaille toute l'année dans le plaisir?), un très gros ouvrage regroupant les Romans noirs de Jean-Patrick Manchette. C'est paru chez Gallimard il y a quelques semaines, dans la collection Quarto, et c'est un régal du début à la fin. Sauf peut-être pour les yeux fatigués qui éprouveront quelques difficultés à lire les textes des bulles dans la bande dessinée écrite par Manchette et mise en images par Tardi - un autre géant. Griffu, en fin de volume, mérite cependant l'effort, d'autant plus qu'on n'en aura fait aucun dans le millier de pages qui précède. Et, relisant l'article que j'ai écrit sur ce livre, je constate qu'il paraît (l'article) seulement le 5 août dans Le Soir. L'esprit d'avant-première aura survécu à ce retour en arrière (mais j'ai vu beaucoup d'autres articles, ailleurs, sur cette lecture indispensable).

Posté par pierremaury à 12:25 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur En librairie

    besoin d'un avis de pro

    voilà j'ai toujours eu envie d'ecrire mais je n'avais jamais eu le courage jusqu'a maintenant alors je voulais avoir ton avis pour pouvoir continuer...

    Le chant de la rivière

    La rivière est calme, les grenouilles chantent
    Et chantent encore leur opera charmant
    Que seuls ceux qui ont le temps d'entendre, ecoutent
    Cet amour fabuleux qui jusqu'au ciel s'etend

    Et je m'etend entre ses notes sur le sable
    Et mon corps tout entier a leur simplicité
    S'abandonne alors a un repos veritable
    Que le chant de la rivière m'a comme ordonné

    L'eau qui dormais se reveille et monte jusqu'a moi
    et chatouillle mes pieds blanc de sa langue fraiche
    et m'emporte lentement dans son lit de soie

    L' eau tremblante, legère m'attire jusqu'a elle
    et porte mon âme dans un rêve irréel

    et mon corps devient jade et se met à chanter

    ___________________________________

    Le jazz et les pierres

    Belles notes volent et s'envolent vers le ciel.
    Dans la ruine etoilée, musique exeptionnelle,
    Belles notes volent et s'envolent vers le ciel
    Et carressent les vielles pierres de leurs voix.

    Mes oreilles sourient, mon regard s'illumine,
    Je me laisse bercer sur ces rondeures fines
    Qui m'apaisent. Mon coeur retrouve la vue,
    Et mes veines revivent de visions imprevues.

    Belles notes volent et s'envolent vers le ciel
    Et arrondissent les murs troués qui chantant
    Volent et cajolent leur volupté. Et pourtant

    Agrandissent leurs failles, mettant en danger
    Leur histoire vieille de centaines d'années
    Pour guitares, contrebasses et violoncelles.

    ___________________________________

    Dansant dans la nuit

    I

    Lorsque tous dormiront d'un doux sommeil paisible
    croyant être libre, sans aucun impossible
    il viendra, encore ivre de son reveil soudain
    danser dans la nuit, et caresser de ses mains
    les rayons chauds des jeunes étoiles surprises,
    de la grâce de ce garçon au beaux pieds nus.

    II

    Magicien terrifiant, prince bienveillant
    milles couleurs dansant tout le long de son corps
    reflet invisible des songes oubliés
    milles couleurs dansant tout le long de son corps
    odeures discrètes d'un monde inexploré

    III

    ...

    merci infiniment de me donner votre avis

    lagring.maggy@neuf.fr

    Posté par quentin, 30 juillet 2005 à 12:56 | | Répondre
Nouveau commentaire